L ' ENTRAIDE que l' Entraide

Le meilleur du Web pour vous aider au quotidien ...

Dans les premiers au Weborama de la catégorie " Informatique "
Exclamation


    Toute l'équipe saura vous donner du bonheur et surtout vous aider quelque soit le problème ...




10 Vérités sur les Médicaments Génériques551

    10 Vérités sur les Médicaments Génériques

    Partagez

    le.cricket
    Corsi'Grand Maître
    Corsi'Grand Maître

    Masculin
    Nombre de messages: 11541
    Age: 62
    Localisation: mont de marsan 40000
    Date d'inscription: 17/11/2007

    Particulier 10 Vérités sur les Médicaments Génériques

    Message par le.cricket le Mar 02 Mar 2010, 16:51

    10 vérités sur les médicaments génériques

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Efficacité, dangerosité, prix... Les médicaments génériques en ont fait couler de l'encre, en 15 ans d'existence. Nous avons mené l'enquête afin de démêler le vrai du faux.

    Voici les 10 points importants qu'il faut retenir.



    Une molécule active identique au médicament d'origine


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Une fois le brevet du médicament d'origine tombé dans le domaine public, les autres laboratoires peuvent utiliser la formule active pour fabriquer un médicament équivalent.

    Pour comprendre la naissance du médicament générique, il faut d'abord comprendre celle de son grand frère, le médicament-tout-court.
    Lorsqu'un laboratoire pharmaceutique met au point un nouveau médicament, il dépose un brevet, afin d'être le seul à pouvoir le produire. Mais après un certain nombre d'années (20 ans en général pour les médicaments), ce brevet "tombe dans le domaine public". Cela signifie qu'il devient caduc et que les autres laboratoires peuvent copier le médicament dans l'espoir de le lancer sur le marché.
    La nouvelle version est un médicament générique, la version la plus
    ancienne devient un princeps. Mais attention, cela n'est pas aussi facile, loin de là ! Pour être validé, le générique doit respecter de nombreuses conditions.

    La molécule active, c'est-à-dire celle qui donne son efficacité au médicament, doit être l'exacte copie de celle du médicament d'origine. Elle doit également être présente exactement dans la même quantité. Les excipients, eux, peuvent être différents. Ce sont toutes les substances qui "entourent" la molécule active pour en faire un médicament. "Ils servent en quelque sorte de véhicule, explique Antoine Sawaya, responsable du département d'évaluation pharmaceutique de l'Agence française pour la sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). La substance active se trouve parfois en très petite quantité dans un médicament, il est donc impossible de l'administrer seule : on y ajoute des substances inertes, qui permettent de mettre en forme ce médicament et donc de le véhiculer jusque sur le site d'action (l'endroit à soigner)." La forme gallénique doit également être la même que pour la molécule d'origine : un médicament qui se prenait par voie orale doit toujours se prendre par voie orale, etc. La bioéquivalence doit être respectée : on doit retrouver la même quantité de substance active dans le sang après prise du médicament.



    Une traçabilité et une sécurité totales


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Les médicaments génériques sont soumis aux mêmes contrôles que les princeps avant d'obtenir une autorisation de mise sur le marché.

    Rassurez-vous, ce n'est pas parce que les médicaments génériques sont moins chers qu'ils sont moins sûrs ou moins efficaces. Ils suivent exactement le même circuit de validation que les médicaments princeps et doivent déposer une demande d'autorisation de mise sur le marché auprès de l'Afssaps. La seule différence, c'est que le laboratoire n'a pas besoin de faire la preuve de l'innocuité ou de l'efficacité de la molécule active, puisqu'elle existe depuis longtemps et a déjà été validée.

    Pour obtenir l'appellation de médicament générique, le laboratoire doit avant tout démontrer la bioéquivalence de son produit, c'est-à-dire le fait que l'on retrouve la même quantité de médicament dans le sang qu'avec le princeps. En effet, l'absorption peut changer en fonction des excipients contenus. Il est donc important de s'assurer que l'effet sur l'organisme sera exactement le même. Une tolérance de 20 % à 25 % est accordée. "Elle n'est pas significative pour l'efficacité du médicament, souligne Claude Bougé, directeur général adjoint du Leem, groupement Les entreprises du médicament. Sinon, le générique ne pourrait pas rentrer dans le même répertoire d'équivalences, où sont recensés le princeps et ses génériques."

    Le choix de la qualité

    Les excipients sont aussi passés sous la loupe avant que le nouveau médicament puisse être commercialisé. "S'ils avaient un quelconque effet nocif, cela se verrait pendant les études qui précèdent sa mise sur le marché", note Antoine Sawaya. Pour Claude Bougé, la France est particulièrement prudente avec ses médicaments génériques : "La France a fait lechoix de la qualité. Elle est exceptionnellement rigoureuse et exigeante. Les génériques ne sont pas des médicaments de seconde zone, ils sont aussi efficaces et aussi sûrs que les autres."


    Moins chers parce que fabriqués en Inde ?



    Voilà une remarque qui revient souvent dans les conversations : si les médicaments génériques sont moins chers, ce serait parce qu'ils sont fabriqués en Inde.
    La réponse est à la fois oui et non : oui, ils peuvent être fabriqués en Inde. Non, ce n'est pas pour autant qu'ils sont moins chers.


    "Beaucoup de médicaments princeps sont, eux aussi, fabriqués à l'étranger"
    Si leur coût est moindre, c'est parce qu'il faut moins de temps pour
    les fabriquer
    . Mais ils peuvent effectivement être fabriqués à l'étranger. En Inde mais aussi dans bien d'autres pays, y compris en Europe et en France. Et cela n'a rien de spécifique aux médicaments génériques : c'est aussi le cas pour les molécules princeps.
    Vous êtes déjà en train de vous inquiéter des contrôles sanitaires douteux dans des pays jugés moins rigoureux que la France en termes de mesures sanitaires ? Pas de panique. Les usines de production de médicaments sont évidemment très contrôlées. "L'agence (Afssaps) inspecte tous les sites de fabrication situés en dehors de l'Union européenne impliqués dans la fabrication des médicaments pour le marché français et ceci avant d'autoriser ces médicaments, précise Antoine Sawaya, responsable du département évaluation pharmacologie de l'Afssaps. Elle peut aussi demander l'avis des autres autorités européennes qui ont déjà inspecté ces sites. Enfin l'agence contrôle dans ses propres laboratoires les médicaments, qu'ils soient génériques ou de référence."


    Antiépileptiques : une controverse infondée ?



    Bien qu'ils soient aujourd'hui très présents dans le paysage médical français, les médicaments génériques n'ont pas toujours eu bonne presse, loin de là. Une véritable controverse a même surgi en 2006-2007, à propos des antiépileptiques génériques.



    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    La réapparition de crises d'épilepsie après un passage au générique serait due à l'effet anxiogène de la substitution et non au médicament lui-même.

    Ces médicaments sont extrêmement coûteux. Leurs versions génériques étaient très attendues et une trentaine d'entre elles ont été lancées en 2005. Mais assez rapidement, plusieurs médecins ont signalé que des patients qui étaient équilibrés (c'est-à-dire qu'ils n'avaient plus de crises) avec leur ancien traitement avaient de nouveau fait des crises lorsqu'ils avaient commencé à prendre la version générique de ce médicament. Un patient en serait même mort. La Ligue française contre l'épilepsie a donc demandé que l'on ne puisse plus substituer le traitement d'un patient équilibré. L'Afssaps a alors mené l'enquête pendant six mois, en 2007, pour étudier les cas signalés en France mais aussi la situation dans d'autres pays. 18 pays ont répondu au questionnaire, parmi lesquels 8 avaient pris des mesures concernant ces antiépileptiques génériques. Six pays (Suède et Finlande notamment) les ont tout simplement interdits, deux (Norvège et Slovaquie) ont réduit les bornes de bio-équivalence, c'est-à-dire le pourcentage de différence admis quant à la quantité de substance active retrouvée dans le sang. Au terme de l'étude, la Commission nationale de pharmacovigilance a estimé que les données fournies ne permettaient pas d'affirmer que les cas signalés étaient liés à un défaut de bioéquivalence des génériques par rapport aux princeps. Elle a donc choisi de ne pas restreindre la substitution, tout en rappelant aux médecins qu'ils peuvent continuer de prescrire le princeps et apposer la mention "non substituable" sur l'ordonnance. Une décision en demi-teinte qui, finalement, laisse le mot de la fin au médecin, ce qui semble satisfaire tout le monde.


    Bio-équivalence parfaite ?


    Reste que le danger potentiel d'une substitution pour les traitements très précis comme celui de l'épilepsie n'a été ni infirmé ni confirmé. Les neurologues spécialistes de l'épilepsie arguent que la marge de tolérance (jusqu'à 20 % à 25 % de substance active en plus ou en moins dans le sang) dans la bio-équivalence, si elle est sans conséquences dans la plupart des traitements, peut s'avérer dangereuse dans le cas de traitements ultra-précis.

    En 2008, l'Afssaps a tout de même précisé, après analyse de données complémentaires, que l'excès d'événements indésirables chez les épileptiques serait plutôt du à l'effet anxiogène de la substitution d'un médicament par un autre qu'au nouveau médicament lui-même. Antoine Sawaya, de l'Afssaps, précise, sans parler en particulier des anti-épileptiques : "On a même constaté parfois des effets indésirables chez des patients alors que le médicament était exactement le même, molécule activée et excipient et qu'il était fabriqué au même endroit, voire sur la même chaîne de production."



    Reconnaître un médicament générique grâce à son emballage

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Le nom de la molécule est suivi du nom du laboratoire qui a fabriqué le médicament.

    Vous n'êtes pas contre le fait d'utiliser un médicament générique, mais vous voudriez au moins être au courant que c'en est un ? Il n'y a pas plus simple : c'est écrit sur la boîte.

    Voici comment mieux décoder.

    La plupart du temps, le médicament n'a pas de nom à lui, comme c'est le cas pour les princeps. Il est directement identifié par la dénomination commune, c'est-à-dire le nom de la substance active du médicament. Cette dénomination commune doit être votre point de repère car elle figure également sur la boîte du médicament original, elle vous permet donc d'être sûr que c'est le bon médicament de substitution.
    Pour se distinguer des autres génériques, vient ensuite le nom du laboratoire qui a produit le médicament. Quelques génériques ne suivent pas cette règle et se reconnaissent alors par la mention "Gé" qui suit le nom de marque du médicament.


    Substituable ou non substituable


    Comme pour le princeps, la concentration du médicament (500 mg, 1 g, etc.) est également indiquée. Et sur l'ordonnance alors ? S'il s'agit d'une ancienne ordonnance que vous renouvelez régulièrement, votre médecin a peut-être (sûrement) inscrit le nom du médicament princeps. Mais le pharmacien sait bien sûr à quel médicament générique il correspond et il pourra le substituer. Normalement, il doit vous en informer mais s'il ne le fait pas, ou si vous avez d'autres questions, n'hésitez surtout pas : il est là pour y répondre. Dernier détail : si le médecin estime qu'il ne faut pas vous donner un générique à la place du médicament original, il pourra le préciser sur l'ordonnance.


    Refuser un générique ? C'est possible

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    A la pharmacie, vous pouvez refuser que l'on vous donne un générique plutôt que le princeps, mais vous ne pourrez pas, alors, bénéficier du tiers payant.

    Vous êtes habitué à votre médicament et même s'il existe aujourd'hui une version générique, vous ne souhaitez pas en changer. Ou, tout simplement, votre préférez les gélules du princeps à celles du générique. Rassurez-vous : c'est possible. Il y a plusieurs façons de refuser le médicament générique. Si vous l'indiquez à votre médecin, il peut le spécifier au moment de rédiger l'ordonnance.
    Il apposera les lettres N.S. devant le médicament, pour indiquer qu'il est "non substituable".

    A la pharmacie, vous pouvez également refuser que le pharmacien vous donne ungénérique
    plutôt qu'un princeps.
    Il n'a pas le droit de vous imposer un générique contre votre volonté. En revanche, vous ne devez pas oublier de poser la question car certains ont tendance à remplacer le médicament en oubliant de le dire.
    Notez toutefois que vous ne pourrez pas bénéficier du tiers payant chez le pharmacien si vous refusez le générique en l'absence de toute mention sur l'ordonnance. Il vous faudra alors avancer le prix du médicament, pour vous le faire rembourser après par l'assurance maladie et/ou votre mutuelle.



    Les médecins de plus en plus impliqués dans la prescription de génériques


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    A partir de mars 2010, le médecin devra rédiger ses prescription avec la DCI et non plus avec le nom du médicament princeps.

    Jusqu'à présent, la situation était le plus souvent la suivante : le médecin prescrivait le médicament princeps. Au moment de vendre les médicaments, le pharmacien pouvait alors le substituer par un générique.

    Mais les choses ont changé récemment. Une loi votée en octobre 2009 (et qui entrera en application en mars 2010) stipule que le médecin, au moment de rédiger son ordonnance, doit prescrire un médicament par sa dénomination commune internationale (DCI). Il doit donc inscrire le nom de la molécule et non plus celui du médicament.
    Si toutefois il juge que le patient devrait plutôt recevoir le princeps, pour ne pas qu'il soit perturbé dans ses habitudes par exemple, il peut apposer les lettres NS, pour non substituable, devant le nom du princeps. Pour Philippe Besset, du syndicat des pharmaciens, cette nouvelle obligation est plus ennuyeuse qu'autre chose. "Je ne pense pas qu'on devrait embêter les médecins avec ça. Ils ont leurs habitudes et cela fonctionne très bien ainsi. Le pharmacien connaît par cœur toutes les équivalences, c'est son métier."

    Contrat de performance

    Mais une autre incitation, autrement plus intéressante, pousse aujourd'hui les médecins à prescrire dans la DCI. Quelque 12 600 médecins généralistes viennent de signer un contrat d'amélioration des pratiques individuelles.
    • Parmi ces objectifs :
      - prescrire le plus possible des molécules qui existent en version générique. Par exemple, il existe 4 grands types de molécules pour lutter contre le cholestérol. Deux d'entre elles existent en version générique. Le médecin devrait donc essayer de prescrire en premier ces molécules, avant de passer à un autre médicament s'il n'obtient pas les résultats escomptés.


    S'il respecte le contrat qu'il a passé avec la sécu, le médecin reçoit chaque année une prime de 7 euros par patient dont il est le médecin traitant. "C'est ce qu'on a appelé le 13e mois du médecin généraliste, plaisante Claude Bougé, du Leem. Les capi ont eu beaucoup plus de succès que l'Assurance maladie ou les pharmaciens ne s'y attendaient.
    12 600 sur 45 000 médecins traitants, c'est énorme." Le marché du médicament générique semble donc avoir de beaux jours devant lui.
    -(capi) avec l'assurance maladie. Ils s'engagent à atteindre des objectifs fixés par la sécu.




    Quels sont les médicaments qui existent en version générique ?


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Tous les médicaments dont le brevet est tombé dans le domaine public peuvent être copiés. Depuis peu, plusieurs types de pilules contraceptives sont ainsi disponibles en version générique.

    Tous les médicaments peuvent aujourd'hui devenir génériques dès l'instant où le brevet tombe dans le domaine public, soit 20 ans après qu'il a été déposé. "Cela survient par vagues, note Antoine Sawaya, de l'Afssaps. Une fois que le brevet est tombé, les laboratoires se précipitent pour être les premiers à sortir le générique qui fera référence. Il n'y a pas de limite au nombre de versions génériques d'un médicament princeps. Chaque laboratoire peut tout à fait sortir le sien."

    Au total, il existe aujourd'hui 700 à 800 spécialités de références qui possèdent des versions génériques. Parmi les plus courants, ceux qui luttent contre le cholestérol, les troubles cardiaque ou encore, tout
    simplement, la douleur. "Le nombre de molécules pouvant être copiées explose depuis quelques années, car tous les médicaments célèbres lancés dans les années 1980 commencent à tomber dans le domaine public, explique Philippe Besset, pharmacien et représentant du Syndicat des pharmaciens. Le premier générique issu du très célèbre Plavix, un anti-agrégant plaquettaire, a ainsi été lancé il y a 6 semaines." De même, trois molécules très prescrites ont été génériquées récemment : le valaciclovir, un antiviral, le losartan, un anti-hypertenseur et la venlafaxine, un antidépresseur. Plusieurs pilules contraceptives sont également disponibles, aujourd'hui, en version générique.
    A noter que lorsqu'un médicament est en vente libre, on ne distingue plus le générique du princeps. Il en va donc ainsi pour le paracétamol ou l'ibuprofène, deux anti-douleurs très couramment utilisés.



    Des prix moitié moins élevés



    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Le prix de base des génériques est fixé à 45 % du prix original du médicament princeps.

    Tout l'intérêt du médicament générique, pour l'assurance maladie, réside dans son prix, beaucoup moins élevé que celui du princeps. Pour mieux comprendre comment une telle économie est possible, retour sur la façon dont les prix sont fixés.
    Le prix des médicaments que l'assurance maladie rembourse est strictement le même dans toutes les officines de France. Il est fixé par le Conseil économique des produits de santé (CEPS). Ce qui coût très cher dans un médicament, c'est le fait qu'on doit rentabiliser les années de recherche qui ont été nécessaires pour le mettre au point. Les médicaments génériques n'ont pas cette composante puisque la molécule
    existe déjà et qu'il y a donc un coût de recherche très limité (associer les bons excipients à la molécule). "Le CEPS fixe donc le prix des génériques à 45 % du prix du médicament princeps", explique Claude Bougé, du Leem.
    Le prix fixé par le CEPS correspond au prix industriel. Il faut ensuite y ajouter :

      La marge pour le grossiste répartiteur.

      La marge pour le pharmacien d'officine
      .
      La TVA.


    Tout cela est décidé par l'état selon des critères très précis. Les marges des pharmaciens sont inversement proportionnelles au prix industriel du médicament : les moins chers d'entre eux se voient ajouter une marge de 26 %, tandis que les plus chers sont majorés de seulement 6 %. Les pharmaciens gagnent donc autant, voire parfois plus d'argent en vendant un générique plutôt qu'un princeps. En fait, il peut même être plus avantageux de vendre un générique : "Les fabricants n'ont quasiment pas le droit de faire de remises aux pharmaciens, explique Philippe Besset. Elles sont limitées à 2,5 % pour les princeps. En revanche, pour les génériques, cela peut aller jusqu'à 17 %. C'est donc à l'avantage du pharmacien. Pour le client, ça ne change rien."
    Le seul perdant dans l'histoire, c'est le laboratoire qui a sorti le médicament princeps. En effet, son prix va chuter de 15 % dès que le générique va sortir et de 12,5 % à 40 % dix-huit mois plus tard. Sans compter qu'en général, les ventes plongent.



    Le marché du générique en plein boom


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    En 2009, l'assurance maladie a économisé plus d'un milliard d'euros grâce à l'essor des médicaments génériques.

    Dans les années 1990, les génériques n'avaient pas vraiment bonne presse et l'Hexagone accusait un franc retard par rapport aux pays du Nord, par exemple. Mais depuis quelques années, on assiste à une impressionnante accélération. La Caisse nationale d'assurance maladie vient d'ailleurs d'annoncer qu'elle avait économisé 1,01 milliard d'euros en 2009 grâce à la substitution du princeps par le générique. Et Claude Bougé, du Leem, de préciser : "Une boîte de médicament vendue sur 4 est un générique. De même, un euro dépensé en médicament sur 9 provient de la vente d'un générique."

    C'est que le taux de substitution (du princeps par un générique quand il existe) a lui-même beaucoup progressé : ainsi, il est aujourd'hui en moyenne de 82 % à 83 %, contre 65 % il y a trois ou quatre ans. Les génériques ont tellement le vent en poupe que les laboratoires pharmaceutiques se lancent dans le rachat de fabricants de médicaments génériques. "Depuis un an à dix-huit mois, la tendance se dessine : tous les gros labos tels que Novartis, Sanofi, Pfizer rachètent des fabricants de génériques", confirme Claude Bougé. Pour le directeur général adjoint du Leem, "nous sommes en train d'assister à un changement de modèle économique". Eh oui, inventer de nouveaux
    médicaments devient moins rentable. Les frais de recherche peuvent même se révéler difficile à amortir. Les labos ont donc tout intérêt à se diversifier. Et il semble logique qu'ils s'intéressent au marché des génériques puisqu'il enregistre une croissance annuelle de 10 % à 15 % contre seulement 1 % à 2 % pour le marché de la recherche.


    "Soyez vigilants, les génériques sont parfois plus chers"

    Ils contiennent la même molécule active mais sont moins chers. Les médicaments génériques représentent 20 % du marché en France, contre 60 % dans certains pays du Nord de l'Europe. Les lecteurs ont des avis contrastés sur la question.

    Denise :
    "Quand ils existent, je ne prends que les génériques. Le pharmacien les propose et je suis entièrement d'accord. Si tout le monde jouait le jeu, on pourrait sensiblement réduire le trou de la sécu... Ceci s'il est vrai que les génériques sont généralement moins chers, j'ai eu l'occasion de faire la preuve du contraire avec le spasfon 80 mg :
    le phloroglucinol 80 mg (Merck) coûte 2, 13 € alors que le Spasfon 80 mg coûte 2, 81 €. Economie de 0,68 € me direz-vous ? Eh bien, non ! En effet, le générique ne contient que 10 comprimés alors que le Spasfon en contient 30. Donc, pour un traitement de 10 jours à raison de 3 comprimés/jour , le générique revient à 6, 39 € contre 2, 81 €. De plus, le patient est soulagé de 3 fois 0, 50 € au lieu d'une seule fois pour l'original."


    Marie :
    "J'utilise assez facilement des génériques habituellement mais lorsqu'il s'agit d'un médicament aussi sérieux que les antidépresseurs, je demande le princeps.


    Marie :
    "
    Des économies sont faites, mais la recherche dans tout cela ? Les laboratoires ne pouvant que difficilement amortir les coûts de recherche, j'ai peur que notre pharmacopée à la pointe pour l'instant ne se détériore et que nous soyons de plus en plus dépendants de l'étranger."

    Benjamin :"Il est temps que les gens comprennent qu'un médicament est une molécule et que la marque n'est juste qu'un nom.
    La pharmacovigilance est la même pour tous."


    Source : L'Internaute Santé




    Chacun voit ce qui lui convient le mieux car il est vrai que certains génériques meme si la molécule est identique ne sont pas aussi efficaces et parfois amène des effets secondaires imprévus selon la composition des excipients.

    Nicolina
    Corsi'Grand Maître
    Corsi'Grand Maître

    Féminin
    Nombre de messages: 5120
    Age: 72
    Localisation: Région de la Mauricie, P. Québec - Canada
    Date d'inscription: 14/06/2008

    Particulier Re: 10 Vérités sur les Médicaments Génériques

    Message par Nicolina le Jeu 04 Mar 2010, 06:18

    J'ai pas tout lu (parc'que trop long)...mais en regardant les grands titres, on a une bonne idée de c'qui en est.
    D'après moi même si parfois, ce serait mieux de prendre l'original au lieu du "générique", on a pas l'choix. Ce serait pas remboursé par l'assurance médicament du gouvernement.
    C'qui fait que, les médecins le sachant, bin! y nous prescrivent le générique!!!

    Présentement, j'prends plusieurs médicaments, et l'un d'entre eux s'appelle "Lyrica" (c'é contre les douleurs chroniques, moi c'é pour le zona). Y'é pas encore en générique parc'que c'é très nouveau, et y coûte en argent canadien $283.----par mois. c'é certain que, quand y vont l'faire en générique, c'é le générique que le gouvernement va rembourser. y vas-tu être aussi efficace??
    La plupart des autres médicaments que j'prends sont du générique...c'é facile à savoir quand c'é du générique le nom du médicament est incompréhensible.

    Voilà, c'é juste mon opinion...
    La Belle Québecoise!

      La date/heure actuelle est Mer 01 Oct 2014, 10:10